Aller au contenu principal

100000 arbres pour demain

Ensemble, participons au reboisement du Nord Pas-de-Calais !Le Nord-Pas-de-Calais est le territoire le moins boisé de France avec moins de 9 % de bois et de forêts, contre 31 % en moyenne au plan national.Partout, des initiatives individuelles et des actions en entreprises témoignent de la volonté de faire revenir l’arbre dans la région. Elles restent insuffisantes. Et pourtant… Hêtres, chênes, bouleaux, frênes… Champions de la captation du carbone, ils piègent le CO2 responsable de l’emballement climatique.Pour toutes ces raisons, La Voix du Nord a décidé de s’engager dans une opération 100 000 arbres pour demain qu’elle pilote avec les Parcs naturels régionaux (ENRx) et l’association régionale des Planteurs volontaires avec 12 projets qu'elle finance. D'autres projets peuvent être financés avec votre soutien solidaire. Nous avons besoin de vous. Contribuer même symboliquement à une opération de financement participatif pour le reboisement est une manière – responsable, engagée et bienveillante – de protéger notre nature. Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.* Chacun participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisés.Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !Merci à tous !  Retrouvez tous nos articles sur https://www.lavoixdunord.fr/tags/100-000-arbres

314
participants

10 096,48 €
collectés

50 %

Aidez la Ferme du Romagoua dans son projet agroécologique !

Bonjour à toutes les personnes solidaires ! :) Au coeur du magnifique massif des Maures, le projet de La Ferme du Romagoua est la sensibilisation et l'éducation à l'environnement, l'expérimentation et la diffusion de pratiques agricoles respectueuses de l'environnement, le renforcement des liens entre humains, et avec la nature, la préservation et la mise en valeur de la biodiversité, ainsi que la création d'emplois locaux ! Pour cela, nous souhaitons créer une micro-ferme pédagogique qui nous permettra la tenue de formations et l'accueil de différents publics (enfants, personnes socialement exclues ou passionnés de nature) : cueillette, travail des fibres et colles végétales, vannerie sauvage, fabrication d'outils primitifs, d’outils manuels agricoles, de paniers de récolte, de mangeoires à oiseaux, de nichoirs, travail du bois, fabrication de couverts en bois, initiation à l’agroécologie, technique de battage, tissage de la laine, tricotage, transformation de la production du potager et du verger, extraction d’huiles essentielles et d’eaux florales, randonnées équestres, circuit découverte du Massif des Maures, sortie calèche. Nous souhaitons également organiser des chantiers participatifs conviviaux et gratuits, ouverts à toutes et à tous pour sensibiliser et former le plus grand nombre ! Grâce à la vente des produits agroforestiers (frais ou transformés) nous espérons dès la deuxième année atteindre l’autonomie financière pour mener à bien nos objectifs, mais en attendant nous avons besoin de votre aide pour les dépenses de la première année, à savoir : assurer le terrain (qui nous est prêté gratuitement), acheter le materiel (bâches, serres, clôtures, grillage, piquets...), les semences et dès que possible embaucher 2 jardiniers-maraîchers à temps plein pour nous pretter main forte ! A noter qu’en tant qu'organisme d'intérêt général, La Ferme du Romagoua peut bénéficier de dons déductibles des impôts à hauteur de 66 % du montant versé dans la limite de 20 % du revenu imposable. Un don de 100 € ouvre par exemple droit à une réduction de 66 €, un don de 1 000 euros à une réduction de 660 euros, 10 000 euros à une réduction de 6 6000 euros, etc. Merci d'avance pour votre aide précieuse et à bientôt peut-être à la Ferme du Romagoua ! :)

28
participants

1 270,66 €
collectés

1 %

Projet Silva 2020

PROJET SILVA 2020 Création d'une forêt indigène Après la réussite de nos premiers projets en 2018 et 2019 nous allons continuer notre œuvre avec la création d'une troisième forêt indigène dans le Tarn. "La première règle de l'écologie, c'est que les éléments sont tous liés les uns aux autres."Barry Commoner A propos du projet L’écologie, c’est avant tout la défense des écosystèmes, composés par une multitude d’organismes. Pour adopter une démarche écologique, il est important de comprendre l’équilibre de la relation entre l’homme et la nature, de l’aimer et de le protéger. Les arbres favorisent la biodiversité en fournissant abri, nourriture et protection à de nombreuses espèces d’oiseaux, d’insectes, de petits mammifères, de champignons...La disparition d'une seule espèce végétale peut entraîner à elle seule l'extinction de 30 espèces animales.La richesse biologique et écologique des forêts est la source du vivant. Chaque année, entre 13 et 15 millions d'hectares de forêt disparaissent, (surface de la Belgique). La déforestation est à l’origine de 17 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (source GIEC).En France, la forêt regagne du terrain depuis le milieu du XIXème siècle. Mais le reboisement se fait mal, souvent une seule espèce est plantée et la biodiversité ne fait que diminuer.Seul 0,2% de la forêt française est qualifiée de naturelle ; c'est à dire non touchée par l'homme depuis environ 100 ans (source Ministère de l’Agriculture). Notre idée est simple, sur un sol vierge, dans un but écologique et citoyen, nous voulons créer une forêt indigène. Planter de nombreuses essences locales, de grands feuillus aux petits arbustes, dans le respect de l'environnement, sans produits chimiques. Notre but : favoriser la biodiversité, recréer des forêts naturelles variées, réintroduire certaines essences en voie de disparition et montrer au plus grand nombre que des solutions sont possibles.  Chaque être humain a donc une empreinte carbone qui varie selon son mode de vie.Un français émet en moyenne 11,9 T de CO2. Sachant qu'un arbre stocke en moyenne 30kg de CO2 chaque année, il faut environ 393 arbres pour compenser sa seule pollution. La forêt Le projet SILVA consiste à créer une forêt indigène avec la méthode Miyawaki adaptée à notre environnement et notre expérience. Qui est Akira Miyawaki ?Le professeur Miyawaki est né en 1928, c'est un botaniste japonais expert en écologie retrospective appliquée à la restauration des forêts natives. Il a ainsi mis en place une méthode et depuis a planté plus de 40 millions d'arbres.En quoi consiste la méthode Miyawaki?Recommandations générales:Flexibilité: s’adapter aux conditions locales et utiliser les moyens disponibles pour que la plantation réussisse. Faire prendre conscience aux locaux de l’importance du projet et les impliquer lors de la plantation. Calme: faire les choses sereinement afin d’assurer la pérennité de la forêt.→Etape 1 : Recherche de la Végétation Potentielle NaturelleIdentification des communautés d'essences 20 km autour de la zone de reforestation.Diversification des essences d'arbres un maximum d'essences d'arbres. →Etape 2 : Préparation du terrainNettoyage et préparation du terrain→Etape 3 : Plantation de la forêt par les volontaires et la communautéPlanter de manière dense, beaucoup plus dense qu'une revégétalisation classique. Appliquer un paillage de protection pour imiter l'humus de la forêt.  Une plantation selon la méthode Miyawaki est 30 fois plus dense qu'une revégétalisation classique, la biodiversité est 100 fois plus riche et la croissance des arbres 10 fois plus rapide environ 1 mètre par an et au bout de trois ans la forêt devient autonome.Ce sera notre troisième forêt indigène grâce à vous !  Le lieu : encore à trouver au vu de toutes les propositions mais ce sera dans le Tarn (81).  Les arbres indigènes que nous plantons :Acer campestre Erable champêtreAcer monspessulanum Erable de MontpellierQuercus ilex Chêne vertQuercus petraea Chêne sessileQuercus humilis Chêne pubescentQuercus robur Chêne pédonculéAlnus glutinosa Aulne glutineuxArbutus unedo ArbousierBetula pendula Bouleau verruqueuxCrataegus monogyna Aubépine monogyneSalix alba Saule blancSalix caprea Saule marsaultFagus sylvatica HêtreSorbus aria Alisier blancFraxinus angustifolia Frêne oxyphylleFraxinus excelsior Frêne communSorbus aucuparia Sorbier des oiseleursSorbus domestica CormierIlex aquifolium HouxTilia cordata Tilleul à petites feuillesTilia platyphyllos Tilleul à grandes feuillesPopulus alba Peuplier blancPopulus nigra Peuplier noirUlmus glabra Orme de montagneUlmus minor Orme champêtrePrunus avium MerisierCornus mas Cornouiller maleCorylus avellana NoisetierCydonia oblongua CognassierJuniperrus communis GenevrierPyrus communis Poirier sauvageRosa canina EglantierSambucus nigra Sureau noirAcer pseudoplatanus Erable sycomoreCarpinus betulus CharmePopulus tremula Peuplier tremblePrunus spinosa PrunellierMalus Sylvestris Pommier sauvage A quoi sert le financement L'argent récolté sert à acheter les plants, les gaines et les tuteurs mais aussi à la préparation du terrain notamment acheter la paille.    Budget nécessaire Nous faisons au pro-rata du financement, plus il y a d'argent plus on peut planter d'arbres. Gaine, tuteurs et plants équivalent à 3 euros TTC (le travail étant bénévole). La paille nous coûte environ 500 euros pour 5 000 arbres.  À propos du porteur de projet Yann Roques le porteur du projet a 31 ans, historien, il est secrétaire du Centre Archéologique des Pays Albigeois et conférencier. Il aime transmettre son savoir au public. Il a fait des films, là aussi par passion. Un documentaire historique en 2011 (Coroarios), un film documentaire historique en 2014 (Makrian) et une fiction en 2017 (Le sang des hommes libres).En 2018 il a créé le Projet Silva, un projet environnemental de grande ampleur qu'il a réalisé bénévolement avec l'aide de proches et de bénévoles. 10000 arbres ont été planté grâce à vous et cela continue !Nous sommes une dizaine de membres actifs et une quarantaine de bénévoles pour les plantations.Toutes les volontés sont les bienvenues lors des plantations au mois de novembre.

131
participants

12 120 €
collectés

Incendies en Australie, Planète sauvage Nature se mobilise !

Incendies en Australie, Planète sauvage Nature se mobilise !

Incendies en Australie : Planète sauvage Nature se mobilise ! Planète Sauvage Nature est l'association de conservation du parc. Créée en 2015 elle a pour buts :* de financer différents programmes d’aide à la faune sauvage aux quatre coins du monde. Ces programmes scientifiques sont choisis par les spécialistes animaliers de Planète Sauvage et s’attaquent aux problématiques tels que : braconnage, déforestation, impact des activités humaines, ...* de sensibiliser les visiteurs du parc aux menaces qui pèsent sur l’environnement. Des expositions, des animations, des ateliers et des collectes de fond sont organisés tout au long de l’année sur le site de Planète Sauvage.Pour découvrir nos actions, nous vous invitons à visiter l'espace : planetesauvage.com/conservation Planète Sauvage Nature débloque un fond d'urgence de 2000 € et lance une cagnotte en ligne:L'Australie est frappée par des incendies dévastateurs depuis 4 mois, entrainant la mort de près d'1 milliard d'animaux selon les dernières estimations. Sur place, les organismes de protection de la nature ont besoin d'aide. L'association des zoos australiens (ZAA) centralise les fonds ayant pour buts de secourir et réhabiliter les animaux de la faune australienne, dont 80 % sont endémiques de l'Australie. Les actions seront divisées en plusieurs phases : Phase 1 : Secourir les animaux indigènes et les placer dans des installations adaptées afin qu’ils bénéficient des soins spécialisés nécessaires à leur survie et leur réhabilitation pour qu’ils puissent un jour retrouver le milieu naturel. Phase 2 : Evaluer les impacts sur la faune et l’habitat pour établir la priorité de réhabilitation. Phase 3 : Sur le moyen et le long terme, réintroduire les animaux dans des habitats régénérés et renforcer les populations animales les plus touchées.

155

4 370 €

54 %
Le projet agri-culturel de Graine de Ferme !

Le projet agri-culturel de Graine de Ferme !

« Dessine Moi une Ferme » : un projet agri-culturel pour Graine de Ferme ! Qui sommes-nous ? Nous sommes Raphaël et Apolline : deux curieux et amoureux de la nature. Raphaël a obtenu un CAP en maraichage biologique et un BPREA (Brevet Professionnel Responsable d’Entreprise Agricole). Il a pu y développer des compétences en gestion et bénéficier d’un meilleur accompagnement dans son installation agricole. Au sein de sa formation il a effectué plusieurs stages dans des fermes maraîchères dans lesquelles il a approfondi les techniques culturales : de là est née l’idée de créer sa propre micro-ferme. Aujourd’hui, Raphaël est responsable et anime les jardins familiaux et partagés de la ville de Foix.  Apolline est une littéraire, après une licence de Lettres Modernes et un service civique dans un Écomusée, elle confirme son désir de partager : visites guidées, ateliers avec les enfants, création d’un potager, transmission du patrimoine ou encore communication culturelle ont été pour elle autant de moyens de développer un territoire rural par le biais du tourisme et du partage. Au sein de la micro-ferme elle souhaite développer l’éco-tourisme, allier agriculture et culture au service d’un développement local vivant. Pour éclairer ce projet elle s’est formée au développement rural avec une licence professionnelle « Entreprises et Développement Local » et travaille aujourd’hui dans un Ecomusée Ariégeois.  Notre projet naît de quatre envies : • Créer une ferme à taille humaine et porteuse de valeurs, permettant un travail de la terre peu mécanisé et respectueux du sol pour une valorisation de nos produits et le maintien d’une biodiversité essentielle. La micro-ferme est une ferme de taille moindre commercialisant en circuits courts et présentant une grande diversité de cultures. • Proposer une consommation locale, consommer mieux et proche de chez soi par la vente directe de produits sains et de saison plutôt que de consommer des denrées qui parcourent en moyenne 1500 kilomètres avant de se retrouver dans notre assiette.   • Eliminer totalement les pesticides de notre environnement car nocifs et polluants pour nous-même et pour notre Terre. Il s’agit de retrouver une agriculture qui préserve les écosystèmes pour une meilleure qualité de l’eau, de l’air et du sol. Cette démarche s’accompagne également d’un désir de limiter l’utilisation des énergies fossiles au profit d’énergies renouvelables.  • Favoriser l’échange et les rencontres, il s’agit de redynamiser notre environnement proche en recréant du lien et en communiquant par l’accueil à la ferme. Transmettre et partager, s’enseigner les uns les autres à vivre mieux et plus simplement. Pour faire quoi ? Graine de Ferme : une micro-ferme biologique tisseuse de liens !  Notre projet global s’étendrait idéalement sur environ 5 hectares et nous travaillerons tous les deux sur la ferme à temps-plein. Nous savons aujourd’hui que les micro-fermes sont des structures viables qui permettent une réelle valorisation des circuits courts et de l’agriculture biologique. La ferme n’est pas un système à part : elle souhaite faire partie d’un réseau porteur de projets qui permettent de mettre en valeur le territoire à notre échelle.  La ferme maraîchère :   En matière de production, toute l’année, la culture légumière et fruitière sera l’activité principale à la ferme. Notre mode de culture utilisera des méthodes inspirées de la permaculture et du maraichage bio-intensif. Aucun produit phytosanitaire n’entre dans le processus de culture. Il s’agit de suivre le rythme de développement des différents végétaux, d’en assumer les faiblesses et de tirer profit de leurs qualités. La production inclura légumes feuilles, racines, bulbes, tiges, salades, pois et haricots, concombres et courges ; également arbres fruitiers et petits fruits. La surface dédiée à cette activité sera idéalement de deux hectares avec environ 3000m2 de surface cultivée.  En plus d’une vente à la ferme ou encore dans des systèmes de circuits courts, nous serons présents de façon régulière sur les marchés du territoire pour vendre nos produits et ainsi promouvoir notre activité aux côtés d’autres acteurs locaux. A terme nous prévoyons également de proposer aux cantines scolaires locales nos produits tout au long de l’année.  Par cette ferme nous voulons devenir acteurs de la vie locale de la commune et des communes alentour en matière de production légumière. Il est question de proposer aux habitants des produits sains, bio et accessibles financièrement pour en faire profiter le plus grand nombre.     La ferme « éco-touristique » :  Notre projet est de mettre en place un camping à la ferme écologique : un éco-site, lieu d'échange et de partage, accessible à tous. L'objectif est de valoriser le potentiel touristique de la région en proposant un lieu d'accueil convivial et calme dans un site privilégié. Les constructions prévues sont durables et respectueuses de l'environnement : panneaux solaires, toilettes sèches et récupération d'eau pour une économie d'énergie optimale. L'éco-tourisme apparaît comme un moyen alternatif de visiter une région : respectueux de l'environnement, qui privilégie les liens humains et permet la découverte d'un autre mode de vie.  L'éco-tourisme s'appuie également sur la mise en place d’une ferme pédagogique pour découvrir la vie de la ferme. Des ateliers et des journées découvertes seront proposés afin de partager nos savoirs et savoir-faire. Les activités proposées prendront pour thème le maraîchage, la cuisine et transformation de nos produits, la découverte du monde animal de la ferme et la sensibilisation à l'écosystème et à la biodiversité. Nous souhaitons également proposer des activités pour découvrir la région et ses richesses, en partenariat avec les différents acteurs locaux.  Nous prévoyons enfin le développement d’un lieu attaché au lien social et à la valorisation de nos produits : un café culturel ainsi qu’une bibliothèque participative avec évènements culturels, résidences d’artistes, expositions ou encore ateliers tout au long de l’année, pour une véritable redynamisation locale et rurale proche des habitants. La « perte de vie » des villages nous affecte particulièrement et nous souhaitons donc réinvestir la vie locale au service des habitants. À quoi vont servir vos dons ? Nous faisons aujourd’hui appel à vous car nous croyons réellement en notre projet et en sa réalisation ! Nous aspirons à une agriculture respectueuse de la terre et des Hommes, une agriculture citoyenne. Cette cagnotte qui suit le principe du financement participatif relève de cette logique : elle s’appuie sur l’entraide et la solidarité de chacun pour mener à bien une réalisation collective. Les dons seront dans un premier temps nécessaires à l’achat du terrain et un plus non négligeable en tant qu’apport personnel à faire valoir aux banques. Ils seront alors le premier moteur du lancement de notre activité. De plus, nous pourrons également investir dans le matériel indispensable à notre installation (serres, irrigation, outils…). Avec ce financement participatif il nous tient à cœur de développer un projet collectif qui ne tient pas uniquement du bon vouloir des banques ou autres prêts financiers. Nous voulons démontrer que notre projet peut être porté par d’autres personnes que nous et qu’il suscite un réel intérêt. Une fois le financement participatif terminé nous recueillerons les dons et pourrons alors lancer le projet. En attendant, n’hésitez pas à nous suivre et à nous contacter sur Facebook et sur Leetchi (et prochainement sur notre site internet…) pour suivre l’avancement de notre projet ! Contreparties : Les délais concernant les contreparties varieront en fonction de la contrepartie prévue et de l’avancement de notre projet, nous vous tiendrons au courant via cette page Leetchi. •Pour les contreparties qui nécessitent de venir sur place : contactez-nous si ce n’est pas possible pour vous (ou si vous ne souhaitez pas de contreparties), nous vous proposerons autre chose. •Pour toute question n’hésitez pas à nous contacter ! - 1€ et + : votre nom inscrit sur notre mur des donateurs + l’inscription à notre newsletter- 10€ et + : votre nom inscrit sur notre mur des donateurs + l’inscription à notre newsletter + recevez un marque-page au nom de la ferme- 25€ et + : votre nom inscrit sur notre mur des donateurs + l’inscription à notre newsletter + un assortiment de graines potagères (à récupérer sur place)- 50€ et + : votre nom inscrit sur notre mur des donateurs + l’inscription à notre newsletter + un panier de produits de la ferme (à récupérer sur place)- 75€ et + : votre nom inscrit sur notre mur des donateurs + l’inscription à notre newsletter + venez profiter d’un pique-nique en famille à la ferme (repas jusqu’à 4 personnes)- 100€ et + : votre nom inscrit sur notre mur des donateurs + l’inscription à notre newsletter + parrainez un arbre de la ferme, choisissez sa variété, venez lui rendre visite et récoltez ses fruits - 200€ et + : votre nom inscrit sur notre mur des donateurs + l’inscription à notre newsletter + venez passer une journée à la ferme avec une initiation au maraichage (et repartez avec votre récolte !)- 500€ et + : votre nom inscrit sur notre mur des donateurs + l’inscription à notre newsletter + parrainez un animal de la ferme, choisissez son nom, venez lui rendre visite et emmenez-le en balade- 1000€ et + : votre nom inscrit sur notre mur des donateurs + l’inscription à notre newsletter + passez une semaine dans la peau d’un maraicher à la ferme (et repartez avec votre récolte !)  Et enfin… un IMMENSE merci à tous !Tous les donateurs seront invités à l’inauguration de la ferme : un apéritif partagé et une visite du lieu ! /!\ N'oubliez pas de laisser votre adresse mail en commentaire lorsque vous faites un don pour qu'on puisse vous contacter (et pour recevoir la newsletter) /!\

67

4 705 €

Aidez la Ferme du Romagoua dans son projet agroécologique !

Aidez la Ferme du Romagoua dans son projet agroécologique !

Bonjour à toutes les personnes solidaires ! :) Au coeur du magnifique massif des Maures, le projet de La Ferme du Romagoua est la sensibilisation et l'éducation à l'environnement, l'expérimentation et la diffusion de pratiques agricoles respectueuses de l'environnement, le renforcement des liens entre humains, et avec la nature, la préservation et la mise en valeur de la biodiversité, ainsi que la création d'emplois locaux ! Pour cela, nous souhaitons créer une micro-ferme pédagogique qui nous permettra la tenue de formations et l'accueil de différents publics (enfants, personnes socialement exclues ou passionnés de nature) : cueillette, travail des fibres et colles végétales, vannerie sauvage, fabrication d'outils primitifs, d’outils manuels agricoles, de paniers de récolte, de mangeoires à oiseaux, de nichoirs, travail du bois, fabrication de couverts en bois, initiation à l’agroécologie, technique de battage, tissage de la laine, tricotage, transformation de la production du potager et du verger, extraction d’huiles essentielles et d’eaux florales, randonnées équestres, circuit découverte du Massif des Maures, sortie calèche. Nous souhaitons également organiser des chantiers participatifs conviviaux et gratuits, ouverts à toutes et à tous pour sensibiliser et former le plus grand nombre ! Grâce à la vente des produits agroforestiers (frais ou transformés) nous espérons dès la deuxième année atteindre l’autonomie financière pour mener à bien nos objectifs, mais en attendant nous avons besoin de votre aide pour les dépenses de la première année, à savoir : assurer le terrain (qui nous est prêté gratuitement), acheter le materiel (bâches, serres, clôtures, grillage, piquets...), les semences et dès que possible embaucher 2 jardiniers-maraîchers à temps plein pour nous pretter main forte ! A noter qu’en tant qu'organisme d'intérêt général, La Ferme du Romagoua peut bénéficier de dons déductibles des impôts à hauteur de 66 % du montant versé dans la limite de 20 % du revenu imposable. Un don de 100 € ouvre par exemple droit à une réduction de 66 €, un don de 1 000 euros à une réduction de 660 euros, 10 000 euros à une réduction de 6 6000 euros, etc. Merci d'avance pour votre aide précieuse et à bientôt peut-être à la Ferme du Romagoua ! :)

28

1 270,66 €

1 %
Détresse : Mon père a 55 ans et ne sera bientôt plus agriculteur

Détresse : Mon père a 55 ans et ne sera bientôt plus agriculteur

Je lance un appel à la solidarité pour aider mon père, agriculteur, à sortir de la détresse morale et financière dans laquelle il vit depuis des années. Depuis son plus jeune âge, mon père travaille sur l’exploitation agricole familiale, une ferme céréalière, située à Castres dans le Tarn. Il a toujours travaillé seul : la faiblesse financière de l’exploitation ne lui a jamais permis d’employer un ouvrier agricole pour l’aider. Il n’a même jamais pu se verser un salaire. Telle est la réalité de la vie de mon père : il a toujours travaillé dur, mais uniquement par passion. Comme toute entreprise, une exploitation agricole a des charges nécessaires à son fonctionnement : investissements initiaux et entretien de matériels (tracteurs, semoirs, outils de travail du sol, moissonneuse-batteuse…), carburant, semences, engrais... S’ajoutent à cela, les loyers des fermages, taxes foncières et assurances. Mais les aléas climatiques et les cours fluctuants des céréales n’ont jamais permis d’atteindre l’équilibre financier : une fois la récolte vendue et le bilan de l’année calculé, les dettes, d’abord minimes, n’ont cessé d’augmenter. Mon père a pourtant su se remettre en question et évoluer afin de trouver un moyen de faire prospérer « la ferme », comme on l’appelle dans la famille :- Il a planté de nouvelles cultures, censées produire davantage de rendements ou être mieux valorisées ;- Il a épandu de nouveaux engrais, cherchant à améliorer les conditions de croissance de ses cultures ;- Il a utilisé de nouveaux intrants, censés protéger ses cultures de maladies ou d’insectes.Autant de solutions conseillées, de dépenses réalisées et de déceptions une fois les cultures récoltées. Car, à sa décharge, il peut être difficile de faire les « bons choix » lorsque plusieurs intérêts se mêlent au sein d’un système agricole incitant trop souvent à l’investissement. Malgré une optimisation des charges de production et la mise en place, il y a près de 15 ans, d'une agriculture raisonnée (arrêt du labour, réduction des apports sur les champs), le bilan a continué à être déficitaire. Le travail à perte puis l’engrenage de l’endettement ont ainsi conduit l’exploitation à la faillite. Après 30 ans d’activité mon père est aujourd’hui au pied du mur, menacé de liquidation judiciaire : s’il ne peut rembourser ses dettes, il devra vendre tout ce qu’il possède : matériel, terres et bâtiments, y compris notre maison familiale où vivent encore mes parents. L’occasion pour moi de souligner le soutien essentiel qu’a représenté ma mère durant toutes ces années : en plus de nous avoir permis de faire des études, elle a soutenu notre père tant sur le plan financier que moral. Elle a su (et essaie encore) le raisonner dans les moments les plus sombres, l’empêchant de commettre l’irréparable. Toutefois aujourd’hui, son salaire d’institutrice, ponctionné pour payer les dettes à court terme de la ferme (impôts, factures, etc.), ne leur permet plus de vivre, et l’espoir la quitte elle aussi. Nous sommes quatre enfants, inquiets pour nos parents : la situation financière est aujourd’hui bloquée, ils sont désespérés face à cette menace d’expropriation. N’ayant plus aucun recourt possible, nous avons pris la décision, via cette cagnotte, de demander de l’aide malgré la difficulté qu’il y a à s’exposer ainsi. Nous en appelons humblement à votre générosité pour aider notre père à tourner la page de son rêve agricole et lui offrir la possibilité d'une reconversion professionnelle. Merci d’avoir pris le temps de lire cet appel. Je vous encourage à le partager. Chaque soutien est important, et je remercie du fond du cœur tous ceux qui pourront y contribuer.  MERCI!

223

13 925 €

6 %
Incendie de notre chèvrerie à La Bréole

Incendie de notre chèvrerie à La Bréole

La ferme des Ptits cailloux veut faire des ricochets suite à l'incendie du bâtiment d'élevage et de la perte du troupeau.   "Les Ptits Cailloux" est un Groupement d'Exploitation Agricole en Commun (GAEC) crée par trois trentenaires en avril 2018 à La Bréole. Sur cette ferme nous, Benjamin, Lise et Thomas, élevons des chèvres laitières dans le respect de l'agriculture biologique. Nous entretenons 73 hectares de parcours en les emmenant pâturer autour de la ferme. Nous fabriquons des fromages et les vendons sur les marchés. Nous produisons aussi de la bière depuis l'automne 2019 et gardons l'envie de partager ce lieu, notamment à travers l'accueil de wwoofers. Suite à l'incendie de notre bâtiment d'élevage et à la perte de notre troupeau de chèvres, vous pouvez imaginer notre peine. Malgré tout, nous voulons continuer à donner vie à ce lieu magnifique. Pour rebondir, nous avons besoin de votre aide. Pour voir la ferme avant et ce que nous souhaitons retrouver vous pouvez regarder la vidéo (Un grand merci a Laura et Bastien, wwoofers 2018)   L'article concernant l'incendie ici.   Grace a votre aide nous aimerions : 1) acheter un nouveau troupeau d'une cinquantaine de chèvre (150€ la chèvre et aidez nous a trouver son nom commencant par O ou R et qui n'est pas un nom d'humain), 2) reconstruire une chèvrerie et un hangar de stockage du foin, les devis sont arrives et deux options se presentent a nous:-refaire un tunnel (45 000 euros environ)-construire un batiment en bois de nos reves (plus ecolo, meilleure pour le bien etre de nos biquettes et pour notre sante a nous...) (65 000 euros au minimum) 3) acheter tout le matériel d'élevage qui nous manque (machine à traire, auge, cornadis, abreuvoirs…) et du foin (20 000 €), 4) prendre soin du troupeau qui arrive (1000 €), 5) compenser notre manque de revenu pour nous permettre de continuer à travailler sur la ferme et faire vivre notre projet.  Aidez nous à rebondir, n'hésitez pas à nous laisser votre e-mail et nous vous donnerons de nos nouvelles a travers notre gazette "les ricochets". Si vous voulez nous envoyer vos dons directement, vous pouvez adresser un chèque à l'ordre du GAEC Les Ptits Cailloux à l'adresse suivante : Le Forest – La Bréole 04340 Ubaye Serre Ponçon Un très grand merci de nous tous pour votre aide. Benjamin, Lise et Thomas

138

19 210 €

parraine une ferme

parraine une ferme

aujourd'hui nous refusons de disparaitre, nous avons travaillé trop dur. On veut  donner un avenir libre à nos enfants avec le bio.Notre projet tient la route, venez nous voir !Nous avons besoins d'une somme importante car elle correspond aux 5 années d'investissements que la région devait subventionner.Le conseil régional nous a abandonné au milieu du gué sur une somme totale de 75 000 €. Nous sommes convaincu que 15 000 personnes peuvent nous aider avec 5 euros chacun. Nous avons fait ce choix car un petit don est plus facile à faire. Aujourd'hui les réseaux, les partages  peuvent faire une grande différence.Nous y croyons, c'est notre espoir.Si nous réussissons nous pourrons démontrer qu'il est possible d'aider de la même façontous nos autres amis paysans abandonnés par l'état et la région. Vous êtes déjà plusieurs a avoir entendu notre appel sur facebook, et à  nous avoir fait quelques premiers dons.La cagnotte sécurisée en ligne était attendue.C'est une première pour nous, alors il a fallut s'organiser. Certains donateurs ont souhaité donner plus que 5 €, nous y sommes sensibles et remercions chaleureusementcelles et ceux qui font un don plus conséquent.il est important pour nous d' offrir quelquechose en retour dans la mesure de nos moyens.Nous serons ravi de vous rencontrer pour une visite de l'exploitation, vous faire dégustater du riz au lait maison.Lorsque la météo le permettra il sera possible  d'organiser une journée à l'étang de la fermeoù vous pourrez pique niquer et pêcher si vous le souhaitez  en rencontrant d'autres donateurs.

241

6 917 €

9 %
Projet Silva 2020

Projet Silva 2020

PROJET SILVA 2020 Création d'une forêt indigène Après la réussite de nos premiers projets en 2018 et 2019 nous allons continuer notre œuvre avec la création d'une troisième forêt indigène dans le Tarn. "La première règle de l'écologie, c'est que les éléments sont tous liés les uns aux autres."Barry Commoner A propos du projet L’écologie, c’est avant tout la défense des écosystèmes, composés par une multitude d’organismes. Pour adopter une démarche écologique, il est important de comprendre l’équilibre de la relation entre l’homme et la nature, de l’aimer et de le protéger. Les arbres favorisent la biodiversité en fournissant abri, nourriture et protection à de nombreuses espèces d’oiseaux, d’insectes, de petits mammifères, de champignons...La disparition d'une seule espèce végétale peut entraîner à elle seule l'extinction de 30 espèces animales.La richesse biologique et écologique des forêts est la source du vivant. Chaque année, entre 13 et 15 millions d'hectares de forêt disparaissent, (surface de la Belgique). La déforestation est à l’origine de 17 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (source GIEC).En France, la forêt regagne du terrain depuis le milieu du XIXème siècle. Mais le reboisement se fait mal, souvent une seule espèce est plantée et la biodiversité ne fait que diminuer.Seul 0,2% de la forêt française est qualifiée de naturelle ; c'est à dire non touchée par l'homme depuis environ 100 ans (source Ministère de l’Agriculture). Notre idée est simple, sur un sol vierge, dans un but écologique et citoyen, nous voulons créer une forêt indigène. Planter de nombreuses essences locales, de grands feuillus aux petits arbustes, dans le respect de l'environnement, sans produits chimiques. Notre but : favoriser la biodiversité, recréer des forêts naturelles variées, réintroduire certaines essences en voie de disparition et montrer au plus grand nombre que des solutions sont possibles.  Chaque être humain a donc une empreinte carbone qui varie selon son mode de vie.Un français émet en moyenne 11,9 T de CO2. Sachant qu'un arbre stocke en moyenne 30kg de CO2 chaque année, il faut environ 393 arbres pour compenser sa seule pollution. La forêt Le projet SILVA consiste à créer une forêt indigène avec la méthode Miyawaki adaptée à notre environnement et notre expérience. Qui est Akira Miyawaki ?Le professeur Miyawaki est né en 1928, c'est un botaniste japonais expert en écologie retrospective appliquée à la restauration des forêts natives. Il a ainsi mis en place une méthode et depuis a planté plus de 40 millions d'arbres.En quoi consiste la méthode Miyawaki?Recommandations générales:Flexibilité: s’adapter aux conditions locales et utiliser les moyens disponibles pour que la plantation réussisse. Faire prendre conscience aux locaux de l’importance du projet et les impliquer lors de la plantation. Calme: faire les choses sereinement afin d’assurer la pérennité de la forêt.→Etape 1 : Recherche de la Végétation Potentielle NaturelleIdentification des communautés d'essences 20 km autour de la zone de reforestation.Diversification des essences d'arbres un maximum d'essences d'arbres. →Etape 2 : Préparation du terrainNettoyage et préparation du terrain→Etape 3 : Plantation de la forêt par les volontaires et la communautéPlanter de manière dense, beaucoup plus dense qu'une revégétalisation classique. Appliquer un paillage de protection pour imiter l'humus de la forêt.  Une plantation selon la méthode Miyawaki est 30 fois plus dense qu'une revégétalisation classique, la biodiversité est 100 fois plus riche et la croissance des arbres 10 fois plus rapide environ 1 mètre par an et au bout de trois ans la forêt devient autonome.Ce sera notre troisième forêt indigène grâce à vous !  Le lieu : encore à trouver au vu de toutes les propositions mais ce sera dans le Tarn (81).  Les arbres indigènes que nous plantons :Acer campestre Erable champêtreAcer monspessulanum Erable de MontpellierQuercus ilex Chêne vertQuercus petraea Chêne sessileQuercus humilis Chêne pubescentQuercus robur Chêne pédonculéAlnus glutinosa Aulne glutineuxArbutus unedo ArbousierBetula pendula Bouleau verruqueuxCrataegus monogyna Aubépine monogyneSalix alba Saule blancSalix caprea Saule marsaultFagus sylvatica HêtreSorbus aria Alisier blancFraxinus angustifolia Frêne oxyphylleFraxinus excelsior Frêne communSorbus aucuparia Sorbier des oiseleursSorbus domestica CormierIlex aquifolium HouxTilia cordata Tilleul à petites feuillesTilia platyphyllos Tilleul à grandes feuillesPopulus alba Peuplier blancPopulus nigra Peuplier noirUlmus glabra Orme de montagneUlmus minor Orme champêtrePrunus avium MerisierCornus mas Cornouiller maleCorylus avellana NoisetierCydonia oblongua CognassierJuniperrus communis GenevrierPyrus communis Poirier sauvageRosa canina EglantierSambucus nigra Sureau noirAcer pseudoplatanus Erable sycomoreCarpinus betulus CharmePopulus tremula Peuplier tremblePrunus spinosa PrunellierMalus Sylvestris Pommier sauvage A quoi sert le financement L'argent récolté sert à acheter les plants, les gaines et les tuteurs mais aussi à la préparation du terrain notamment acheter la paille.    Budget nécessaire Nous faisons au pro-rata du financement, plus il y a d'argent plus on peut planter d'arbres. Gaine, tuteurs et plants équivalent à 3 euros TTC (le travail étant bénévole). La paille nous coûte environ 500 euros pour 5 000 arbres.  À propos du porteur de projet Yann Roques le porteur du projet a 31 ans, historien, il est secrétaire du Centre Archéologique des Pays Albigeois et conférencier. Il aime transmettre son savoir au public. Il a fait des films, là aussi par passion. Un documentaire historique en 2011 (Coroarios), un film documentaire historique en 2014 (Makrian) et une fiction en 2017 (Le sang des hommes libres).En 2018 il a créé le Projet Silva, un projet environnemental de grande ampleur qu'il a réalisé bénévolement avec l'aide de proches et de bénévoles. 10000 arbres ont été planté grâce à vous et cela continue !Nous sommes une dizaine de membres actifs et une quarantaine de bénévoles pour les plantations.Toutes les volontés sont les bienvenues lors des plantations au mois de novembre.

131

12 120 €

Recours contre OpenSky : participez aux frais d'avocat

Recours contre OpenSky : participez aux frais d'avocat

En décembre dernier, MySophiaAntipolis déposait un recours gracieux contre le projet Open Sky, aidé par les juristes de Notre Affaire à Tous et de FNE. Pour rappel, Open Sky est un projet de gigantesque centre commercial (30m de haut, 100.000 m2 de locaux, dont 40.000 m2 de commerces) aux portes de Sophia Antipolis, dans les alpes maritimes. Toutes les oppositions convergent contre ce projet délirant :* riverains : contre le doublement de traffic sur un accès majeur à la techonpole, déjà saturé aux heures de pointe et l'artificialisation des sols en amont de zones inondables* écolos : contre l'empreinte carbone (20.000 tonnes de CO2 pour le bâtiment), le déboisement (15.5 hectares), la pollution atmosphérique, l'utilisation d'eau potable pour un plan d'eau artificiel* petits commerçants : qui subissent déjà la concurrence des nombreux centres commerciaux alentoursvoir notre lettre ouverte à l'état, et la pétition en ligne (+20.000 signataires) Le 7 janvier, comme attendu, la mairie de Valbonne nous a répondu par un refus. Ce refus nous laisse 2 mois pour porter l'affaire devant le tribunal administratif compétent : c'est le recours en contentieux. Cette fois, nous devons faire appel à un avocat pour déposer le dossier. Nous avons besoin de votre aide pour payer ces frais d'avocat, et soutenir l'ultime recours contre un projet de centre commercial délirant et délétère à tous les niveaux (pollution, circulation, empreinte carbonne, défense des commerçants) Merci d'avance pour votre aide.

197

6 661,30 €

66 %
Les professionnels de la santé plantent une foret en Alsace

Les professionnels de la santé plantent une foret en Alsace

Bienvenue sur cette cagnotte solidaire !Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte, même pour 1 euro !* Chacun participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisés.* elle est ouverte à tous les professionnels du monde de la santé  Nous avons choisi l'entreprise  « Reforestaction » (qui a déjà planté plus de 3 millions d arbres depuis sa création en 2010) pour planter une foret symbolique en Alsace afin que chaque acteur de la santé puisse avoir une empreinte positive sur l environnement et améliorer la qualité de l air. L’objectif est d atteindre le budget  qui couvrirait la recherche et l'identification du terrain en Alsace qui serait propice au projet puis la plantation d un minimum de 2000 arbres soit 6865 euros. Si le budet n 'est pas atteint, les fonds collectés serviront à planter des arbres mais ailleurs sur le territoire français  Cette cagnotte se veut fidèle aux principes de développement durable :pluri disciplinaire, multi centrique, privé/public. Le réchauffement climatique est un problème urgent! Suite a la loi Grenelle 2 du 12 juillet 2010 dont un des 6 grands chantiers était  « la réduction de 20 % des émissions des gaz à effet de serre d ici 2020 », les professionnels du secteur de la santé dont nous faisons partie n’ont observé aucune retombée pratique dans leur quotidien au travail. L'équipe d’anesthésie réanimation  a déjà mis en œuvre au bloc opératoire des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg :- une réduction voire une suppression du protoxyde d’azote et des «  gaz anesthésiants » qui sont de puissants gaz à effet de serre- l’initiation d’une filière de recyclage des métaux au bloc- une lutte contre le gaspillage. Nous avons souhaité aller plus loin dans la démarche avec l idée de planter une forêt afin de contribuer à la compensation de notre empreinte carbone, en effet : En France un hôpital moyen produit (source  ADEME):- 105 kg d équivalent CO2 /patient- 15.000 tonnes de C02/an- soit 1760 fois le tour de la terre en voiture La reforestation fait partie des solutions de lutte pour compenser nos émissions de CO2 même si il serait préférable de s’inscrire dans une logique de prévention. «  Qui a planté un arbre n a pas vécu inutilement » proverbe africain Dr  MARCANTONI et Dr  MARGUERITE, médecins anesthésistes réanimateurs

168

6 709,50 €

100 %
#iciLaTerre, collectif d'agriculteurs

#iciLaTerre, collectif d'agriculteurs

Bonjour et bienvenue sur la cagnotte du collectif d’agriculteurs #iciLaTerre ! Nous sommes Jérôme, agriculteur et apiculteur, Fanny, éleveuse de vaches laitières, et Olivier, agriculteur et producteur de foin.Nous sommes originaires des Yvelines.Nous sommes les porte-paroles du collectif #iciLaTerre que nous lançons. Notre vidéo de présentation #iciLaTerre sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=82L1eLTwcNg Pourquoi #iciLaTerre ?Depuis trop longtemps, nous écoutons, sans intervenir, tous les débats qui agitent les médias sur l’élevage, la protection des plantes et des animaux, la génétique, le bien-être animal ou encore la biodiversité. Nombreux sont ceux qui expriment leurs positions sur la place publique, mais combien sont-ils à affronter la réalité du monde vivant au quotidien ? En tant qu’agriculteurs, nous sommes légitimes et crédibles pour parler du métier qui est le nôtre. Alors, en créant ce collectif d’agriculteurs, #iciLaTerre, nous souhaitons faire entendre notre voix auprès du grand public. Comment se faire entendre ? Tout simplement en vivant avec notre temps et en prenant la parole dans les nouveaux médias autour d’un collectif qui réunira tous ceux qui ont le désir de s’exprimer, d’apporter un éclairage de terrain et de lutter, sans prosélytisme, contre toutes les fausses informations que l’on entend sur l’agriculture. Nous avons besoin de vous pour nous aider à financer des outils de communication qui nous permettront de dialoguer directement avec les Français.  Faites entendre la voix du collectif #iciLaTerre plus largement en toute spontanéité, ouverture et indépendance. Alors rejoignez-nous sur Facebook (www.facebook.com/collectif.iciLaTerre) et sur Twitter (twitter.com/iciLaTerre_Agri) !

110

83 J

Annie, son combat, notre combat !!!

Annie, son combat, notre combat !!!

Bienvenue sur la cagnotte d'Annie notre Maman, son combat, notre combat...Notre Maman / Belle maman Annie ce bat actuellement contre son troisième cancer (en 6 ans) , aujourd'hui il est plus que crucial pour nous de faire quelque chose, le pancréas est touché, les médecins ne peuvent plus opérer, la chimiotherapie la fatigue, en 8 mois la masse cancéreuse à triplé de volume, les médecins viennent de lui annoncer ce soir qu'il n'y avait plus grand espoir, nous ces trois fils nous avons peut-être trouvé l'ultime chance ou recours pour lui prolonger sa vie, son combat avec nous, grâce à un traitement très peu connu en France. Ce traitement, à été trouver par un médecin francais  https://www.beljanski.info/definition-du-cancer-du-pancreas/ , aujourd'hui décédé mais le traitement et la fondation continue et nous avons espoir de lui faire venir ce traitement du canada. Sans votre aide, nous n'y arriverons pas. Il nous reste peu de temps, Annie, notre maman, son combat c'est aussi notre combat. Nous espèrons qu'avec même 1 euro versé nous pourrons faire grandir cette cagnotte pour pouvoir lui offrir une lueur d'espoir et cela grâce à vous tous. Alors si vous avez dans votre entourage, une maman, un proche, un ami qui vit la même chose qu'elle, nous vous demandons un coup de pouce, un tout petit coup de pouce.Milles merci à tous.Pour ANNIE....Son combat, notre combat, nous ses fils (Jonathan/Caroline, Guillaume/Cindy et Aurélien/Lucie)

133

4 415 €

L'happy-culture de Jasienda

L'happy-culture de Jasienda

Jasienda, c'est notre ferme, notre passion, notre job, notre gagne-pain. Nous sortons d'une première phase de lancement et nous centrons maintenant toute notre énergie vers une nouvelle étape favorable à la pérennisation de notre activité. Nous avons fait le choix de vivre d'une agriculture paysanne (en opposition à une agriculture conventionnelle), organisée autour d'une diversité de petites activités complémentaires assurant du travail en toute saison et aussi éviter de rentrer dans une logique de dépendance aux subventions annuelles de l'état.La vie qui règne à Jasienda est précieuse. Nous y préservons l'équilibre d’un écosystème naturel. Et pour cela les abeilles sont d'une importance majeure : elles sont un maillon extrêmement fort dans le cycle de la vie et de tout ce que cela engendre. C'est aujourd'hui pour nous une priorité d'investir pour le développement de l'apiculture.  Qui sommes-nous ?Jasienda a vu le jour il y a 3 ans. Cette ferme au cœur de la Provence, sur la montagne de Lure a été rêvée à deux : Magaly et Mickaël. Nous cohabitons avec la biodiversité du lieu : nous avons à cœur de préserver au mieux notre environnement. Nous ne sommes raccordés à aucun réseau, nous produisons notre propre électricité, nous revalorisons toutes matières organiques que les animaux et la nature offrent afin d'enrichir nos sols. Ce projet est bien plus qu'un choix de travail, c'est aussi un engagement humain et écologique, un mode de vie, défini par 5 axes primordiaux :1/ l'apiculture : il nous semblait évident d'avoir des ruches dans cette ferme. Comme dit plus haut, l'abeille est un maillon essentiel à la biodiversité sur terre. Le fonctionnement d'une colonie d'abeille est une source inestimable de savoir. C'est une leçon de vie à chaque ouverture de ruche. Dare-dare, une fois piqué on en devient accro.2/ la traction animale : cette technique agricole avec chevaux de traits permet la réalisation de divers travaux tels que le débardage, l'entretien des berges, des vignes, ainsi que des sites sensibles (sites historiques etc…), le maraîchage, et plus encore... Le cheval a peu d'impact sur le sol et c’est une énergie non polluante. Un cheval, c'est quand même beaucoup plus sympa qu'un tracteur !3/ les poules pondeuses : un petit cheptel, un Poule-Dance, du plein air, une alimentation biologique pour de bons œufs et des clients heureux !4/ les plantes médicinales et aromatiques : distillation, transformations de plantes sauvages....5/ l'agri-culturel : un espace de la ferme, rempli de chaleur et de vie, est dédié à des événements culturels (spectacles, ateliers, stages...)  Pourquoi cet appel aux dons ?En achetant cette ferme nous partions avec un emprunt agricole servant simplement a acheter la propriété. Nous avons fait l’acquisition des deux juments de traits et d'un petit cheptel de poules par nos propres petits moyens, pour démarrer l'activité, sans faire appel à des subventions de l'état. C'était une prise de risque que nous avons choisi avec conscience, afin de garder la main sur nos activités et rester dans une agriculture à taille humaine. Pour faire court, un exemple : notre petit cheptel de poules nous permet d'avoir un œil sur chacune d'elle. La moitié d'entre elles a un petit prénom ! Si l'une d'entre elles ne va pas bien nous le voyons de suite.En complément, l'activité d'apiculture s'est construite à partir du prêt de quelques ruches d'un ami. Il est maintenant nécessaire d'investir dans un matériel plus conséquent afin de viabiliser le projet par l'assurance d'une récolte satisfaisante en réponse à la demande de nos clients.  De quel matériel avons nous besoin et pourquoi?Essentiellement de ruches. Nous possédons actuellement 20 ruches Warré. Il nous en faudrait aujourd'hui 70. Ce qui reste, il est vrai, un petit rucher. Mais comme indiqué : petit rucher = apiculture raisonnable = bon suivi des colonies. 70 ruches c'est l'assurance d'une cohabitation stable avec les autres insectes pollinisateurs.Pourquoi des ruches Warré ? Car sa taille respecte les proportions naturelles d'une colonie d'abeilles, donc une apiculture qui nous semble plus équilibrée.Il nous manque donc 50 ruches. 50 RUCHES WARRÉ : 4000€ (80€/ruche)Divers matériel de miellerie : 1000€ ------- • Les contreparties • • 5€ : Merci beaucoup !• 15€ : 1 baume (cire-miel) et 1 hydrolat• 25€ : 2 pots de miel livrés• 35€ : visite de la ferme + 1 pot de miel• 50€ : visite de la ferme + petite initiation à l'apiculture• 100€ : visite de la ferme + petite initiation à l'apiculture + 1 repas (pour 2 personnes)• 200€ : visite de la ferme + soirée surprise (repas et animations) - (pour 2 personnes)• 300€ : visite de la ferme + soirée surprise (repas et animations) + paniers de produits (pour 2 personnes) Nous croyons fort à la solidarité humaine pour développer une agriculture durable et semer ensemble des valeurs fortes pour de grands projets ! Nous remercions infiniment chacun de vous pour l'interêt porté à cette cagnotte. Les dates pour la visite, l'initiation ainsi que la soirée surprise vous seront communiquées personnellement en nous contactant à cette adresse mail :  Plus d'informations sur le projet sur : www.jasienda.com - ou sur facebook : JASIENDA

82

5 302 €

106 %
Ferme de la Hulotte : "Après la pluie, le beau temps"

Ferme de la Hulotte : "Après la pluie, le beau temps"

"Après la pluie, le beau temps" :remise en état des serres de la Ferme de la Hulotte suite à la tempête Ciara Présentation de la Ferme de la Hulotte A la Ferme de la Hulotte, située à Manneville la Goupil au cœur du Pays de Caux (Seine-Maritime), nous, Pierre et Astrid Le Rolland, cultivons des légumes de saison et élevons des poules pondeuses, le tout dans le respect de l’Agriculture Biologique.De la semence maraîchère jusqu’au légume produit, de la poulette prête à pondre à l’œuf pondu, pas de traitements chimiques, tout est bio ! Depuis 2013, nous livrons nos légumes et nos œufs en circuit-court au Havre et sur la Pointe de Caux. C’est notamment à plus de 140 familles havraises que nous fournissons des paniers au sein de deux AMAP au Havre (Amap du Panier Cauchois et Amap du Perrey).  Le projet de développement de la Ferme de la Hulotte à Manneville la Goupil Pour des raisons d’accès au foncier, les surfaces de production maraîchères étaient depuis 2013 localisées à Saint Aubin Routot, à une dizaine de kilomètres du siège d’exploitation de la Ferme de la Hulotte, situé à Manneville la Goupil. En 2019, nous avons eu l’opportunité d’acquérir des terres et un corps de ferme à Manneville la Goupil. L’activité maraîchère de la ferme a donc été relocalisée (cultures de plein champ et serres) sur les nouvelles terres agricoles.  Afin de gagner du temps sur le déménagement de nos deux serres de 500 m2 chacune, nous avons fait appel à une entreprise spécialisée, qui a effectué leur démontage à Saint Aubin Routot, puis leur remontage à Manneville la Goupil courant Janvier 2020. Le 5 février 2020, une météo favorable (c’est à dire sans vent), a permis le bâchage des deux serres avec l’aide d’une dizaine d’élèves du CFA Naturapôle (site d’Yvetot). Les conséquences de la tempête Ciara sur nos serres Dans la nuit du 9 au 10 février 2020, les vents violents de la tempête Ciara atteignant 130 km/h ont soulevé et projeté à une centaine de mètres l’une des deux serres, détruisant la bâche et désarticulant complètement son armature en acier. Afin que la deuxième serre ne connaisse pas un scénario similaire en raison de vents toujours très forts, sa bâche a dû être sacrifiée.  Cinq jours après l’installation de nos serres sur les nouvelles terres, le sentiment d’accomplissement de ce travail d’équipe, annonçant la saison des semis et plantations sous serre, fut donc de courte durée. C’est avec amertume que nous n’avons pu que constater les dégâts, d’ordre matériel et financier, ainsi que leurs conséquences sur la production maraîchère de la saison printanière à venir. Suite à la tempête, famille, amis, agriculteurs sont venus nous prêter main forte pour remettre en état le site, retirer la bâche sur la serre détruite, etc.Pour nous, ces évènements sont un réel coup dur, mais il nous faut rebondir pour continuer à proposer des légumes et des œufs bios de belle qualité. Pour assurer la saison à venir, les serres doivent donc être remontées au plus vite. Nous nous y attelons avec toute notre énergie. Voici une vidéo qui retrace l'histoire de la Ferme de la Hulotte de 2013 à février 2020 :  Comment pouvez-vous nous aider ? A l’échelle de notre ferme en plein développement, l’impact financier de la tempête est pour nous très important. Nos deux serres n’étant pas assurées (assurances onéreuses et peu rentables dans la durée), l’estimation des dégâts causés par la tempête Ciara sur nos serres est élevée, à savoir : 1. Les pertes matérielles directes : une serre entièrement détruite et non amortie à ce jour, l’autre serre à restaurer : environ 15 000 euros 2. L’achat d’une serre neuve : environ 10 000 euros 3. La perte d’exploitation sur la saison de printemps (sous réserve de la remise en état pour la saison d’été) : environ 3 500 euros 4. La mise en place de protections de nos serres : linéaire de haies, filets brise-vent : environ 5 000 euros Aussi, si vous souhaitez nous aider à faire face aux dégâts liés à la tempête Ciara sur nos serres, nous mettons en place un financement participatif via cette cagnotte Leetchi. Votre aide nous permettra de contribuer : * A la remise en état de notre outil de travail (les deux serres) pour qu’il soit opérationnel pour la saison d’été ;* A la mise en place de protections durables de nos serres contre les aléas climatiques.  Vous pouvez nous envoyer vos dons directement en adressant un chèque à l'ordre du GAEC Ferme de la Hulotte à l'adresse suivante : Ferme de la Hulotte - 1427 route des Faisans - 76110 Manneville la Goupil Si vous souhaitez plus globalement contribuer à la pérennité de notre ferme, vous pouvez aussi adhérer (ou maintenir votre adhésion) à l’une des AMAP que nous fournissons en légumes et/ou en œufs, au Havre et sur la Pointe de Caux. Un très grand merci à tous pour le soutien que vous pourrez nous apporter. Votre aide, quelle qu’elle soit, nous sera très utile ! Pierre et Astrid. Pour mieux nous connaître : petit historique de la Ferme de la Hulotte * Notre parcours et nos moyens humains sur la fermeLa Ferme de la Hulotte est née d’une passion pour le maraîchage biologique que Pierre acquiert très jeune, alors qu’il conduit déjà son jardin bio à son domicile à Manneville la Goupil. Après un diplôme d’ingénieur en agriculture obtenu en 2009, Pierre travaille en espace vert, puis en tant que technico-commercial agricole, avant de revenir en 2012 à son projet initial d’installation agricole. Alors salarié dans une exploitation maraîchère bio, il créé sa propre ferme en 2013 et commence la livraison des paniers maraîchers pour une nouvelle AMAP au Havre, l’AMAP du Perrey.  Après deux ans passés en école d’ingénieur où elle rencontre Pierre, Astrid suit une voie universitaire, et obtient en 2011 un diplôme de Master en Gestion intégrée des écosystèmes littoraux. Après avoir travaillé en tant que guide naturaliste en baie de Somme et chargée de mission environnement, Astrid rejoint Pierre en 2016 sur la Ferme de la Hulotte en tant que conjointe collaboratrice. En 2017, la ferme forme et recrute un salarié à temps partiel, à savoir 24 heures/semaine pendant 8 mois de l’année, l’objectif étant de pérenniser cet emploi sur du long terme. En 2019, la Ferme de la Hulotte devient un Groupement Agricole d’Exploitation en Commun (GAEC) suite à l’association d’Astrid sur la ferme. 2. Les productions de la ferme Le maraîchage biologique est l’activité principale de la ferme depuis sa création en 2013, où plus de 40 variétés différentes de légumes bio sont cultivées au fil des saisons, en plein champ (environ 2 ha), ainsi que sous serres (1500 m2).En 2016, un poulailler de 250 poules pondeuses bio vient diversifier les activités de la ferme. 3. La vente en circuit court Nos légumes et nos œufs sont vendus en circuit-court (directement du producteur au consommateur), sur la pointe havraise et ses alentours (marché de Fécamp, Ruche qui dit Oui à Houquetot, etc). Nous livrons notamment trois distributions d’AMAP par semaine au Havre.  L’augmentation du nombre de paniers a été progressive depuis 2013 : de 25 paniers maraichers/semaine en 2013, à environ 150 paniers maraichers et 1000 œufs/semaine aujourd’hui. Les AMAP représentent aujourd’hui la voie de vente majoritaire de nos produits et représente donc un soutien très important à la pérennité de notre ferme.

66

3 695 €

Soutenir les actions du CIL : Collectif d'Intérêt Local d'Aubais

Soutenir les actions du CIL : Collectif d'Intérêt Local d'Aubais

Financez le recours en justice contre le projet d’un centre commercial dans notre village d’Aubais dans le Gard Face à la décision du Conseil Municipal d’Aubais d’approuver la révision du Plan Local d’Urbanisme et la volonté affichée de son Maire de réaliser un projet de centre commercial autour d’un supermarché de 1200 m2, le Collectif d’Intérêt Local d’Aubais, association collégiale, a décidé de saisir le tribunal administratif. Nous avons besoin de votre aide pour financer les frais d’avocat et stopper ce projet surdimensionné, mené sans concertation citoyenne et dont les enjeux sont fondamentaux pour l’avenir de notre village. La commune d’Aubais a vu disparaitre la plupart de ses commerces de proximité. Bien que peu nombreux, certains se maintiennent courageusement (boulangeries, coiffeur, petite épicerie, café…) et nourrissent un lien social précieux : seniors, familles et enfants peuvent s’y rendre à pied et échanger. Ce sont ces commerçants, ces lieux vivants de proximité au cœur du village et une certaine idée du vivre ensemble qui sont aujourd’hui directement menacés par l’existence d’une galerie commerciale impersonnelle, bétonnée, standardisée, en contrebas du village.Il existe déjà 22 supermarchés dans un rayon de 10 kilomètres autour d’Aubais !Ce projet de centre commercial s’articule autour d’un supermarché de 1200 m2 avec station service et de lavage. Il est prévu sur la zone de l’Argilier, sur une surface de plusieurs ha classée en risque d’inondation, au pied des écoles. C’est l’un des corridors verts du village, lieu d’un écosystème tout à la fois riche et rare, comme le confirment de nombreux travaux scientifiques, hors ces espaces de ponte, de nids, d’abris ont d’ores et déjà été défigurés par le creusement d’immenses bassins de rétention d’eau de compensation. Trous béants et secs qui forment désormais le triste horizon des pensionnaires de la maison de retraite dont le bâtiment surplombe la zone et pour qui se dessine désormais, en  plus, la perspective d’un grand  parking, d’une station service et de sa cohorte de nuisances.Malgré une forte mobilisation des citoyen-nes sur les registres de cette enquête publique, malgré de nombreuses interpellations des élu-es par notre association face aux irrégularités constatées, malgré nos demandes restées sans suite de pouvoir consulter les dossiers du PLU et du Projet, la municipalité a donc approuvé la révision du PLU qui lui ouvre la voie administrative pour signer le permis d’aménager la zone et la possibilité de signer les actes de vente promis aux promoteurs.Pour empêcher ce désastre social et écologique et aux vues des nombreuses irrégularités relevées dans la procédure, l’Assemblée Générale Extraordinaire de notre association a voté à l’unanimité la décision d’introduire un recours en annulation de cette révision du PLU devant le Tribunal Administratif et de dénoncer devant toutes juridictions administratives, civiles et pénales tout acte contraire à la loi commis dans le cadre de cette révision et de la mise en œuvre du projet de centre commercial de l’Argilier.  Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte. * Chacun.e participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisés.Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !Merci à tous !Dans le cadre de la protection des données personnelles, nous ne pouvons pas voir les adresses emails de nos donateurs. Si vous désirez avoir des informations sur la suite de notre action, envoyez-nous un message en ce sens à : cil.aubais at gemail.com vous serez dès lors considéré.es comme adhérent.e.s.

74

2 750 €

68 %
Incinérateur de l'Aube : Soutenez le recours en justice

Incinérateur de l'Aube : Soutenez le recours en justice

Face à la décision du préfet de l’Aube autorisant la construction d’un incinérateur de déchets ménagers, l’association Aube-Durable a décidé de saisir le tribunal administratif. Nous avons besoin de votre aide pour financer les frais de justice (avocat) et stopper ce projet surdimensionné. Le département de l’Aube par l’entremise du SDEDA (syndicat d’élimination des déchets) projette depuis 2010 la construction d’un incinérateur d’une capacité de 60 000 tonnes dans l’agglomération troyenne (La Chapelle Saint Luc).Ce projet, par sa nature même et son dimensionnement, présente plusieurs écueils :- Il n’a pas fait l’objet d’un débat démocratique large en amont de son élaboration.- Il est surdimensionné au regard de notre démographie et des perspectives de réduction des déchets qui n’ont pas été prises en compte.- Il condamnerait les politiques de réduction à mener sur ce territoire.- Il va à l’encontre des réglementations sur les modes de traitement des déchets.- Il présente un risque sanitaire réel compte tenu de sa localisation en pleine agglomération.- Il présente un risque financier pour les collectivités et les habitants compte tenu du montage choisi (DSP de 25 ans) et des évolutions réglementaires et fiscales dans le domaine du traitement des déchets. Nous vous demandons, parce qu’il s’agirait d’un dernier projet en France, de nous aider à pouvoir saisir le tribunal administratif pour permettre d’une part d’enclencher la réduction des déchets et d’autre part d’éviter d’autres projets similaires dans le reste de la France. Plus d’info : http://www.aube-durable.frVous pouvez également donner par chèque à l'ordre d'Aube-Durable et à envoyer à l'adresse : Aube-Durable (Chez Pascal HOUPLON), 41 rue Jaillant Deschainest 10 000 Troyes

62

3 006 €

40 %
Apicultrice responsable!

Apicultrice responsable!

Bonjour à tous ! et bienvenus sur cette cagnotte solidaire :) Comme certains le savent déjà, je souhaite cette année développer mon activité d’apicultrice dans laquelle je me suis aventurée il y a un an.En effet, après avoir suivi un apiculteur professionnel qui possède 300 ruches, Georges de son petit nom, dans ses diverses missions durant plusieurs mois, je me suis lancée, au printemps dernier, avec trois ruches et trois essaims d’abeilles pour débuter. Ce fut une réussite car en sortie d’été 2019, les colonies allaient toujours bien et m’avaient donné 60 kg de miel ! Vous avez été nombreux à le goûter et à l’apprécier, si bien qu’aujourd’hui tous les pots sont déjà partis ! Ce début d’aventure et vous, m’avez conforté dans l’idée que je souhaite développer cette belle activité pour en faire une activité professionnelle.Alors voilà, j’aimerais cette année acheter 10 ruches supplémentaires et mon propre matériel d’extraction de miel afin d’augmenter ma production (c’est Georges qui m’avait prêté son matériel de miellerie l’année dernière), mais pour cela, j’ai besoin de vous ! Mon projet s’inscrit également dans une démarche environnementale et en m’aidant dans ce projet, vous soutenez un métier qui favorise l’équilibre naturel et la biodiversité. Pourquoi 10 ruches ?  Parce que l’apiculture implique de travailler avec des êtres vivants, les abeilles, et aussi petites soient-t-elle, il est de notre devoir de veiller à leurs bien être. Et pour cela, quand on est apiculteur, il faut constamment apprendre à leur sujet, les observer, les soigner, et tout ceci s’acquiert progressivement selon moi. Je ne souhaite pas mettre leur vie en péril en étant trop ambitieuse dès le départ et en achetant 100 ruches d’un coup, d’autant plus que les abeilles sont aujourd’hui menacées alors que ce sont elles qui permettent à nos arbres de se reproduire et  ce sont ces mêmes arbres qui nous permettent de respirer.Je préfère donc développer mon activité avec un petit cheptel de 10 ruches, que j’augmenterais par la suite si tout continue de bien se passer. Pourquoi solliciter votre aide ? Parce que l’apiculture, même pour 10 ruches, représente un coût conséquent et que seule je n’y arriverai pas :* Une ruche complète coûte en moyenne 150 euros* Un essaim d’abeilles pour une ruche coûte 130 euros* Un extracteur à miel électrique coûte en moyenne 1000 euros* Un « bac décanteur » pour recueillir le miel et filtrer les plus grosses particules coûte 600 euros* Un sceau alimentaire pour garder le miel et le faire « maturer » (=maturateur ) coûte 40 euros pour 75kg* Le traitement contre le Varoa (parasite de l’abeille à traiter obligatoirement chaque année) coûte 40 euros en pharmacie pour 10 bandelettes (à raison de 2 bandelettes par ruches)* Sans parler de toutes les petites choses nécessaires pour travailler (tami pour filtrer le miel, cadres à miel, couteau, huile de lin pour protéger le bois des intempéries, etc).Pourquoi me faire confiance pour mener ce projet à bien ? Parce qu’en tant qu’éthologue avisée de base, le monde des insectes ne m’est pas inconnu (au grand dam de certains^^), parce que travailler au contact de la nature a toujours été mon objectif, et parce que de ce fait je prépare ce projet depuis 2 ans avec passion ! * Ici, vous pouvez en un clic, participer à cette cagnotte* Chacun participe du montant qu’il souhaite* Tous les paiements sont sécurisés Un cadeau pour les donateurs ! Pour un don de 5 ou 10 euros et + : 1 petit pot de miel « découverte »  de 30 gPour un don de 20 euros et plus : un pot de miel de 250g Pour un don de 30 euros et plus : un pot de miel de 250g + 1 cuillère à miel en boisPour un don de 50 euros et plus : un pot de miel de 500 gramme +1 cuillère à miel en boisPour un don de 100 euros et plus : un pot de 1kg de miel + 1 cuillère à miel en boisPour un don de 500 euros et plus : 2 kg de miel chaque année +1 cuillère en bois + 1 invitation au restaurant pour déguster une salade de chèvre miel ! (ou autre chose^^)Pour un don de 1000 euros et plus : 5 kg de miel par an + 1 coffret bien-être (tisane, savon miel etc) + 1 invitation au restaurant Pour tous les donateurs, un grand merci du fond du cœur et la possibilité pour ceux qui le souhaitent, d’enfiler une combinaison d’apiculteur et venir découvrir le monde des abeilles au plus près avec moi avec l’accès à la miellerie pour extraire le miel et le déguster à la sortie même de la ruche (un délice !!)Pour moi, et pour les abeilles. Merci les ZZzz'amis. Bee Happy! (Bee = abeille... ah ah...^^.c'était drôle quand même..) Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !Merci à tous !

47

3 640 €

104 %
Sauvons les 49 grands arbres de la Place de la République

Sauvons les 49 grands arbres de la Place de la République

Bienvenue sur cette cagnotte solidaire !Aidez-nous à financer nos actions en justice contre l’abattage des grands arbres de la Place de la République Face à la décision de la Ville de Caen d’abattre 49 grands tilleuls et de vendre la moitié de la place de la République à un opérateur privé pour y construire un centre commercial avec parking souterrain sur 3 niveaux, nous, habitants de Caen, avons saisi les tribunaux de plusieurs recours (contre l’autorisation d’abattage des arbres, contre la révision du Plan local d’urbanisme, le déclassement de la moitié de la place publique et la vente de la parcelle à un opérateur privé). Nous avons besoin de votre aide pour financer les frais de justice et stopper ce projet contraire à l’intérêt général : engagé sans concertation citoyenne, il détruit l’environnement, fragilise l’écosystème et privatise le patrimoine public. Nos actions en justice ont d’ores et déjà permis de suspendre l’abattage des arbres et de retarder la signature de la vente de la parcelle. Nous devons continuer ce combat que nous pouvons gagner, mais nous ne pouvons pas le faire sans vous ! Les recours déjà engagés et ceux à venir ont un coût. Bien que nous agissions sans avocat lorsque c’est possible, nous sommes dans l’obligation d’en engager un en cas d’appel. De plus, en cas de rejet de nos recours, nous sommes condamnés à payer l’avocat de l’adversaire. Un projet de centre commercial économiquement absurde et dangereux pour l’environnementEn quoi consiste exactement le « projet République »? Il s’agit de construire, à l’emplacement de l’ancien parking de surface, un grand centre commercial assorti d’une « halle gourmande » sur 19 000 m2 de surface de plancher et 4 niveaux de sous-sol dont 3 de parking souterrain. Objectif affiché : « redynamiser le centre ville ». Il existe pourtant déjà, à proximité immédiate, deux centres commerciaux (Paul Doumer, Rives de l’Orne) en difficulté notoire, des grands magasins (Printemps, Galeries Lafayette) et un ensemble de petits commerces et restaurants qui seront inévitablement impactés par la concurrence de ce centre commercial. Economiquement absurde, ce projet est aberrant d’un point de vue environnemental. A l’endroit où doivent s’édifier le centre et ses 3 niveaux de parkings, la nappe phréatique affleure à 1,70 m du sol, et deux cours d’eau souterrains (l’Odon et la Noé) sont déjà contraints par la présence de cinq autres parkings en sous-sol construits à proximité et sous-utilisés. Les risques d’inondation déjà élevés seraient donc encore aggravés. De plus, l’artificialisation du sol créerait des îlots de chaleur dont nous protège pour le moment la cinquantaine de grands arbres que la Ville doit abattre pour réaliser le projet. Malgré la mobilisation des Caennais (plus de 5 000 signataires contre le projet), la Mairie n’a rien voulu entendre. Il ne restait donc que la voie juridictionnelle pour tenter d’empêcher la mise en oeuvre de décisions aberrantes sur le plan économique et contraires à l’intérêt général ainsi qu’aux enjeux de la lutte contre les dérèglements climatiques. Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.https://www.leetchi.com/c/les-arbres-place-de-la-republique * Chacun participe du montant qu'il souhaite.* Tous les paiements sont sécurisés.Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !Merci à tous !

80

1 910 €

47 %
Rendez-vous en terre d'avenir

Rendez-vous en terre d'avenir

Bienvenue sur la cagnotte solidaire de Rendez-vous en terre d'avenir !Participez au développement d'un nouveau mode de vie plus durable Début mars prochain nous nous envolerons pour 6 mois en Asie du Sud-Est afin de participer volontairement à des projets éco-responsables pour mettre en relation les acteurs engagés et les innovations rencontrés sur notre chemin. Nous avons nommé notre projet "Rendez-vous en terre d'avenir".  Qui sommes-nous ? Deux étudiants de Kedge Business School (école de management - Marseille), anciens membres de l'association de développement durable Unis-Terre, et désireux de dédier notre vie personnelle et professionnelle aux grands enjeux sociétaux et environnementaux de notre époque. Ces 6 mois marquent la deuxième moitié de notre année de césure qui a commencé par un stage à Paris, chez Médecins du Monde pour Romain, et au WWF France pour Florent.  Notre objectif ? Mettre en place un véritable réseau d'échange d'innovations durables dans une région du monde en plein développement. Fermes urbaines, permacultures, écoles de la transition écologique, auberges éco-responsables et bien d'autres initiatives croiseront notre route. Nous rédigerons un rapport composé d'interviews, portraits, photographies et descriptifs des activités visitées, que nous enverrons aux personnes rencontrées afin d'être source de promotion et d'inspiration. Chaque rencontre sera une étape importante de notre voyage. Au terme de chaque mission réalisée, nous discuterons avec notre hôte des points forts et des points faibles de son projet, en tentant d'identifier des axes d'amélioration pour l'avenir.  Où allons-nous ? Nous atterrirons en Thaïlande où nous commencerons notre projet dans une ferme qui souhaite devenir auto-suffisante. Suite à cela, nous traverserons le Laos, le Vietnam, le Cambodge, la Malaisie et l'Indonésie, dans le but de recueillir des témoignages et de documenter l'impressionante divérsité des projets vertueux qu'ils soient agricoles ou sociaux.  Et après ? A notre retour en France fin août, accompagnés de Kedge business school et de  l'association Unis-Terre, nous compilerons les informations récoltées dans le but de mettre en avant les projets à fort impacts et qui méritent d'être soutenu téchniquement comme financièrement. Notre but étant de faciliter l'idientification de projets d'interêt dans lesquels les étudiants et l'école pourraient s'investir. Nous esperons que cette interaction aura des effets tant sur les projets terrains que sur les volontaires qui y participent.   Notre ambition est de sensibiliser les étudiants à l'importance de la durabilité des exploitation agricole, nous esperons que notre travail sera complété d'année en année par d'autres étudiants volontaires et engagés.  Nous avons besoin de vous ! Nous sommes actuellement en recherche de fonds pour financer ce projet ambitieux. Pour cela, nous avons besoin d'aide, c'est pourquoi nous faisons appel à vous grâce à la plateforme Leetchi.Nous avons actuellement un budget de 7000€ à deux pour 6 mois afin de parcour ces 6 pays à la rencontre de ces initiatives et personnes engagées.En participant à notre projet vous nous permettrez de parcours de plus grandes distances et ainsi d'effectuer un maximum de missions de volontariat pour créer un important réseau, riche et inspirant. Nous avons estimé nos besoins supplémentaires à hauteur de 3000€.Votre participation nous permettra également d’assurer la rédaction, l'impression et l’envoi de ce rapport à travers les 6 pays visités.   Toute aide nous sera précieuse et nous permettra d'avoir un plus gros impact ! En participant au projet vous serez régulièrement tenus au courant de notre actualité et vous pourrez recevoir chez vous notre rapport, fruit d'un travail de 6 mois, mettant en lumière des personnes pionnières d'un nouveau mode de vie plus durable. Ce rapport aura été réalisé grâce à votre soutien! Merci à tous !

35

3 850 €

128 %
Maraichage les grands prés

Maraichage les grands prés

Nous sommes dans la brie. Issus de plusieurs générations d’agriculteurs qui au départ faisaient de la polyculture élevage. L’élevage a été arrêté pour se consacrer exclusivement aux céréales. Aujourd’hui les céréales sont cultivées par un autre membre de notre famille. Nous avons pris 9 hectares de cette exploitation existante et il nous a fallu partir de zéro afin de créer en 2010 notre propre exploitation en maraichage diversifié biologique.Nous avons 4 hectares de cultivées dont 2500 m² de serres. 2018 est l’année de la diversification avec nos poules pondeuses, la ferme pédagogique et l’arboriculture et nous avons actuellement 2 salariés.Nous travaillons en circuit court avec les associations AMAP et la vente à la ferme au sein de notre village. Mais en mars de cette année nous avons eu un vol de 170 de nos poules pondeuses bios (sur 249 poules) Nous avons  dû acheter 50 poules à un collègue aviculteur bio de notre région afin de pouvoir continuer à fournir nos 3 AMAP maraichères et œufs ainsi que l’une de nos AMAP œufs. Mais nous avons dû fermer temporairement la vente à la ferme et nous ne pouvons plus fournir certaines AMAP œufs, dont les contrats en cours de signature ont été stoppés. Ce vol se rajoute aux pertes économiques suite au confinement par l’arrêt des animations pédagogiques au sein de la ferme et la complication que cela a engendré pour nos AMAP maraichères afin de  trouver les derniers paniers pour la saison qui commence en avril. Cette cagnotte solidaire  nous aidera pour le rachat de nos 50 poules ainsi que les 125 poules que nous devrons reprendre cet été (au lieu de mars 2021) et ainsi de pouvoir proposer de nouveau nos œufs dans tous nos circuits de distributions. De mettre des alarmes et caméras afin de sécuriser notre site pour nos poulettes et nos légumes.

45

2 220 €

55 %
Haut de page