Aller au contenu principal

Pour le retour de Yasmine et Salomé

Organisé pour : Clémence Rouher

Le 8 avril 2018, Salomé, 8 ans, et Yasmine, 11 ans, ont été enlevées par leur père à la sortie de l'école. Ce dernier a ensuite décollé avec les enfants depuis l'aéroport de Milan en direction du Liban.

 

Un kidnapping qui intervient alors que la justice française avait condamné le père des filles à six mois de prison ferme pour violences et non restitution régulière des enfants à l’issue de ses périodes de garde. De plus, une interdiction de sortie de territoire était en vigueur pour les deux petites filles.

 

Depuis le mois d’avril, l’affaire est entre les mains des tribunaux ecclésiastiques libanais, en charge des affaires familiales dans le pays. Les audiences se suivent et les démarches se multiplient, mais Clémence n’est pas entendue dans cette société patriarcale où tous les droits sont généralement accordés au père. Depuis septembre, un jugement a été prononcé, attribuant la garde des filles à leur père. Clémence a seulement obtenu le droit de voir ses filles quelques heures par semaine en présence de ce dernier.

 

Ultime recours possible : le pourvoi en cassation. Les démarches sont en cours mais plusieurs mois de délai sont encore à prévoir avant d’obtenir une décision.

 

Des démarches coûteuses

 

Depuis le début du mois d’avril, les frais engagés par Clémence pour tenter de récupérer ses filles sont énormes : déjà près de 35 000 euros. Et ce n’est pas terminé : paiement des avocats, transcription des actes du droit français vers le droit libanais, traductions, rémunération de l’assistante sociale pendant les visites… tout cela s’ajoute au déplacement sur place de Clémence qui, en plus de ses frais en France, doit payer 1400 euros de loyer mensuel à Beyrouth.

 

Une première cagnotte a déjà permis de récolter plus de 15 000 euros. Sans cette aide précieuse, Clémence n’aurait pas pu se rendre sur place ni voir ses filles.

Aujourd’hui est un moment clé. Tout doit être mis en œuvre pour obtenir une victoire en cassation. Dans les semaines et les mois à venir, les frais de justice vont s’accumuler. Pour épauler Clémence, vos dons peuvent être déterminants.

 

Merci de partager encore cette page au maximum.

 

Merci pour vos dons passés et à venir. 

 

 

17 664 €

Collectés
49 Jours restants
341 Participations
Je participe

Organisé par

cagnotte clemence

AURELIE ET HERVE BRUNAUX a participé

Barbeyron Arnaud a participé

Anne Fribourg a participé

Pascal FAGNIEZ a participé

Estelle LAURENT DULAC a participé

raphaelle paillat a participé

Christine Lepola a participé

Sophie Stern a participé 50 €

marie jaffre a participé

Olivier Gatefin a participé

Anonyme a participé

Jeremie LJ a participé

Olivier uguen a participé

Anonyme a participé 5 €

rod barthet a participé

Isabelle Portier-Poilleux a participé

sandrine vissot-kelemen a participé 100 €

Anne Claire DELAUME a participé

Anne Fribourg a participé

Marie Rigout a participé

Emmanuelle Soulhié a participé

Pascale Martin a participé

Sophie BROSETA a participé

Catherine et Michel Cabane a participé 30 €

Le 5 décembre 2018
Pascal FAGNIEZ
De mon cœur de père à ton cœur de mère
Le 1 décembre 2018
Sophie Stern
Beaucoup de courage à vous. Le temps sera votre allié. Vos filles n'oublieront pas que vous vous êtes battue pour elles.
Le 1 décembre 2018
marie jaffre
je vous souhaite de tout coeur de récupérer vos petites Marie
Le 30 novembre 2018
Jeremie LJ
Courage Clémence, Bises, Jeremie
Le 30 novembre 2018
Anonyme
La part du colibri.
Le 30 novembre 2018
rod barthet
Bon courage en espérant que vous puissiez trouver une issue favorable pour vous et vos enfants.
Le 29 novembre 2018
Isabelle Portier-Poilleux
Une toute petite pierre à ton édifice de maman !!!Isabelle et Michel
Le 21 novembre 2018
Pascale Martin
Au nom des Femmes solidaires Dordogne, toujours avec toi Clémence et avec Salomé et Yasmine. COURAGE !
Le 21 novembre 2018
Sophie BROSETA
Clémence bonsoir, Par solidarité de la part d'une Maman à qui il aurait pu arriver exactement la même chose, il n'y a pas si longtemps encore ... Tenez bon !
Le 16 novembre 2018
Hélène Fribourg
Bon courage !!!